Écriture collaborative : Hugo et de Vigny à la rescousse de Dumas

Voici un épisode de collaboration entre auteurs… datant du XIXe siècle ! Dans ses mémoires, Alexandre Dumas nous raconte ce qu’il se passa la nuit qui suivit la première de l’une de ses pièces.

Au XIXe siècle, les premières des pièces de théâtre se transformaient parfois en conflit ouvert entre les « classiques » et les « romantiques ». Les deux camps s’affrontaient alors durant les représentations théâtrales en commentant tout haut les vers, moquant, applaudissant ou sifflant les passages récités… tandis que les empoignades n’étaient pas rares !

L’intrusion des romantiques dans le théâtre, chasse gardée des classiques, commença par Henri III et sa cour en 1829. Cette pièce rendit célèbre un jeune inconnu de vingt-sept ans : Alexandre Dumas. Sa nouvelle postérité le fit entrer avec fracas dans un milieu littéraire où il se fit de nouveaux amis, dont Victor Hugo et Alfred de Vigny, qui reviendront plus tard dans cette histoire.

En 1830, le soir de la première de Christine, la pièce se déroule une fois de plus dans le chaos d’une bataille entre partisans et contempteurs du romantisme. La représentation s’étale alors sur sept heures, pour se terminer à deux heures du matin !

Le public sort de la pièce en ignorant s’il s’agit d’un succès ou d’un naufrage, mais pour Dumas, c’est une victoire qu’il faut célébrer ! L’auteur du Comte de Monté-Cristo doit retrouver vingt-cinq convives pour fêter cette première et son succès.

Cependant, dans un monde où les planches sont des zones de conflits, chacun doit affûter ses vers et tirades en vue de la prochaine bataille. Une fête est toujours appréciée, mais dans ce cas, elle s’annonce risquée. Et pour cause :

Il y avait à changer, dans ma pièce, une centaine de vers empoignés à la première représentation, pour me servir du terme vulgaire mais expressif ; ils allaient être signalés à la malveillance et ne manqueraient pas d’être empoignés de nouveau à la seconde représentation ; il y avait, en outre, une douzaine de coupures qui demandaient à être faites et pansées par des mains habiles et presque paternelles […].

Alexandre Dumas se retrouve donc en pleine nuit, après une représentation ayant duré sept heures, à devoir corriger son œuvre pour le lendemain matin.

[…] Il fallait qu’elles fussent faites à l’instant même, pendant la nuit, afin que le manuscrit fût renvoyé le lendemain matin, et que les raccords fussent faits à midi, pour que la pièce pût être jouée le soir.

La chose m’était impossible, à moi qui avais vingt-cinq convives à nourrir et à abreuver.

C’était sans compter l’aide de Victor Hugo et Alfred de Vigny ! Ses deux compagnons d’écriture l’assisteront tandis que Dumas et ses autres amis fêteront toute la nuit la première de sa pièce :

Hugo et de Vigny prirent le manuscrit, m’invitèrent à ne m’inquiéter de rien, s’enfermèrent dans un cabinet, et, tandis que nous autres, nous mangions, buvions, chantions, ils travaillèrent… Ils travaillèrent quatre heures de suite avec la même conscience qu’ils eussent mise à travailler pour eux, et, quand ils sortirent au jour, nous trouvant tous couchés et endormis, ils laissèrent le manuscrit, prêt à la représentation, sur la cheminée, et, sans réveiller personne, ils s’en allèrent, ces deux rivaux, bras dessus, bras dessous, comme deux frères !


Dans ses Mémoires et à travers sa pratique de l’écriture, Alexandre Dumas casse le mythe de l’auteur solitaire dans la création.

Pas de muse, de génie créateur, d’inspiration aux petites heures de la nuit… mais beaucoup d’efforts, des discussions et des échanges avec des compagnons d’écriture. De nos jours, présenter le travail d’un auteur de cette façon reste encore rare dans la sphère littéraire francophone.


Les Mémoires d’Alexandre Dumas sont à retrouver sur dumaspere.com qui consacre une page à cet événement. Illustration : Alexandre Dumas par Achille Devéria (1829).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *